Les sens des serpents

La vue

Hormis les serpents fouisseurs dont certains sont quasi aveugles, en règle général, les serpents ont une bonne vue. Cependant, ils distinguent essentiellement les objets en mouvement. C’est pourquoi certaines de leurs proies s’immobilisent lorsqu’elles se sentent en danger. J’ai souvent entendu dire que les cobras ne possédaient pas un bon sens de la vue, c’est pourquoi leurs attaques face aux charmeurs était si souvent infructueuses. Je pense pas que ce soit vrai, mais je ne peux l’affirmer.
Les espèces diurnes possèdent des pupilles rondes; les nocturnes, des verticales à la manière des chats. Certains serpents arboricoles ont des pupilles horizontales et jouissent ainsi d’une excellent vision binoculaire leur permettant de mieux se déplacer de branches en branches en évaluant rapidement les bonnes distances entre celles-ci. Ainsi est le genre ahetulla, de magnifique serpents-lianes opistoglyphes.

L’ouï

Les serpents ne possèdent pas d’oreille et sont tous sourds. Cependant ils possèdent un « vestige » d’oreille constitué de petits os grâce auxquels ils peuvent détecter certaines vibrations.(!)

Les fossettes thermosensorielles

Tous les crotalidés, boïdés et les pythoninés possèdent des capteurs thermiques situés dans les cavités de leur museau et autour de leur gueule. Ce sont les fossettes thermosensibles , grâce auxquelles ils peuvent détecter une différence de chaleur de l’ordre de 3 millièmes de degrés! Cependant cette capacité est plutôt restreinte car la portée de cet incroyable détecteur de proie ne dépasse pas 1 mètre.

L’odorat – la langue

Nous arrivons à la raison pour laquelle les serpents et les varans dardent la langue leur langue en Y, dite bifide. Ceux-ci « sentent » l’air environnent. Ils captent les molécules odorantes de l’air, les transmettent à un organe spécifique situé dans le palet. C’est le fameux organe de Jacobson. Ces informations ainsi récoltées et transmises au cerveau permettent aux serpents de déterminer précisément de quelle nature est une proie et de pister celle-ci. La langue est fourchue afin d’orienter le prédateur si le casse-croûte est plutôt passé à droite, à gauche ou tout droit!

Il est évident que ce sens ne sert pas uniquement à dénicher des proies, mais également à s’orienter simplement, par exemple vers son terrier ou son arbre préféré!

Le troisième oeil

???!!!Jnana Chakshu l’œil de la connaissance, qui fait de l’être éveillé un illuminé! Le sixième Chackra représenté par un point rouge sur le front entre les deux sourcils! Dans l’ancienne Égypte, il est également présent, au même endroit, sur les coiffes, couronnes, et masques mortuaires des pharaons. Il s’appelle uraeus, et… est représenté… par… allez…. Un cobra! Bon voilà pour l’ésotérisme.

Non, biologiquement, un « troisième oeil » existe belle et bien! C’est l’oeil pinéale. Certains reptiles possèdent donc un organe photosensible sur le haut du crâne. En résumé, c’est une petite rétine relié à la glande pinéale qui permet à l’animal de percevoir la lumière en dessus de sa tête. Elle jouerait également un rôle dans la régulation de la température du corps.

Il en existe même un vestige chez nous, être humain. Il s’agit de la glande pinéale ou épiphyse. Cette glande endocrine produit entre autre une hormone appelée sérotonine. Celle-ci aurait plusieurs casquettes (sur le front…): anti-dépresseur, hormone du sommeil, influant les comportements alimentaires et sexuels, etc. Il reste encore beaucoup de chose à comprendre quand à l’utilité de cette glande tant on lui donné toutes sortes d’utilités, notamment métaphysiques.  AAAAHoooouuummm!

Pour ceux que cela intéresseraient d’avantage, jetez un coup d’oeil ici: http://www.inf-faune.com/articles-oeil-pineal.php

Salut

Textes: gentilcopain